Archives pour la catégorie Sciences sociales

extrait katzenstein p35

Mais où donc se logent les féministes ? Ou comment traduire deux mots en sociologie

(Catégorie archive d’écriture / note de bas de page géante.)

On passe beaucoup de temps dans la profession d’universitaire à écrire, mais encore plus à se relire et à récrire. Et parfois on a le sentiment de passer un temps disproportionné sur un détail – mais en même temps, on s’acharne parce qu’on a l’intuition d’avancer quand même. Par exemple : j’ai passé beaucoup, beaucoup de temps ces derniers mois à m’arracher les cheveux (mais il m’en reste) sur un article de synthèse sur les féminismes religieux. Et entre autres difficultés, j’ai passé une bonne journée sur la traduction de deux mots en anglais…

Continue la lecture

Exemple d'un jeu de questions distribué en TD

Du découpage pour apprendre à analyser une observation en sociologie

Il y a deux ans avait eu lieu à Lyon une journée d’études très intéressante sur « Les sciences sociales, des savoirs et pratiques à et pour enseigner » – le genre d’initiative dont on aurait besoin beaucoup plus régulièrement d’occasions de partager sur nos pratiques d’enseignant.e.s. J’avais présenté une communication sur « L’observation directe comme exercice d’application d’un cours de sociologie. » Dans le prolongement de cette communication, je partage ici quelques réflexions et une proposition de dispositif pédagogique pas 2.0 mais plutôt « papiers-ciseaux ».

Continue la lecture

Rhinestones, religion and the Republic: Fashioning Jewishness in France (2013).

L’identité comme fashion

L’identité comme fashion(ing)

[Troisième et dernier épisode, après pas loin d’un an!, d’une série sur le châle de prière dans le judaïsme: le 1er épisode est à lire ici, et le deuxième est ]

Dans les épisodes précédents, j’ai évoqué l’usage de l’expression “fashioning” en anglais, comme un parallèle possible, pas tout à fait équivalent, à l’expression « la fabrique de », qui a remplacé en français la désormais galvaudée « construction sociale de… » 1« La fabrique de » est aussi probablement inspirée par la traduction de l’expression “making” en anglais, comme dans l’exemple de l’ouvrage célèbre de Thomas Laqueur, Making Sex. (1990, Harvard University Press), traduit en français en 1992 par La fabrique du sexe (Gallimard)..

C’est le sous-titre de l’ouvrage de ma collègue anthropologue Kimberly Arkin, “Fashioning Jewishness”, qui a suscité ma réflexion. Qu’est-ce que ce verbe signifie au juste, qu’est-ce qu’il change (ou pas) à la manière de réfléchir aux identités?

Continue la lecture

Notes   [ + ]

1. « La fabrique de » est aussi probablement inspirée par la traduction de l’expression “making” en anglais, comme dans l’exemple de l’ouvrage célèbre de Thomas Laqueur, Making Sex. (1990, Harvard University Press), traduit en français en 1992 par La fabrique du sexe (Gallimard).